PROMOTION OF A NEW MODEL OF HUMAN RIGHTS AND DUTIES

Human Rights-Geopolitics-Politics-Philosophy-History-Economics- Judaism & Antisemitism - תיקון העולם = World improvment

PROMOTION OF A NEW MODEL OF HUMAN RIGHTS AND DUTIES

page d'accueil

33940791 10156291158789361 7475027108490641408 n

WELCOME - BIENVENUE -BIENVENIDA

Image onu 1

   La démocratie est un vain mot si elle n'est pas au service des droits de l'Homme

Democracy is useless if it does not support Human Rights

La democracia es una palabra vana si no está en el servicio de los derechos humanos

Didier Bertin - 14 July 2014

AU 15 MARS 2022: LES ARTICLES DU SITE ONT ETE LUS PLUS DE 

800 000 de  fois -  39 categories - 358 articles

ON 15 MARCH 2022:THE ARTICLES OF THE SITE WERE READ  MORE THAN 

800 000 times39 sections -358 articles

AL 15 DE MARZO DE 2022  LOS ARTICULOS DEL SITIO HAN SIDO LEIDOS  MÁS DE

800 000 veces - 39 seccións - 358 artículos

-----------------------------------------------

Mise au point du 8 Novembre 2022

La Barbarie russe

Les dernières horreurs commises par la Russie dont  celle  de l’Eglise Orthodoxe  qui a abandonné le Christianisme et l’indifférence habituelle de la majorité du peuple Russe, nous amène à reconsidérer une partie de l’Histoire de la Russie telle qu’elle semblait être reflétée par les faits. Les articles concernant la l’Histoire de la Russie sur le site seront  corrigés et même supprimés. L’Histoire inclut à la fois les faits et ses acteurs. En Russie deux types de récits historiques semblaient pouvoir  cohabiter mais désormais cela n’est plus acceptable. La connaissance des acteurs fait partie de  la signification des faits.  Les Russes sont perçus comme des ennemis de l’humanité. Le Nazisme incluait une base théorique raciste mais le communisme puis  la soif d’hégémonie russe quel qu’en soit  le prix du sang révèle plus de points communs que de différences avec le nazisme.

Issue of November  8, 2022

Russian barbarism

The last horrors committed by Russia, including that of the Orthodox Church  which left Christianity and the usual indifference of the majority of the Russian people, lead us to reconsider part of the History of Russia as it seemed to be reflected in the facts. Articles about the History of Russia will be  corrected and even deleted. History includes both facts and actors. In Russia two types of historical narratives seemed to be able to coexist but now this is no longer acceptable. The knowledge of the actors is part of the significance of the facts. The Russians are seen as enemies of humanity. Nazism included a racist theoretical basis but communism and then the thirst for Russian hegemony whatever the price of blood reveals more common points than differences with Nazism.

Mise au point sur les propos maladroits d’Arno Klarsfeld

2 Octobre 2022

Par Didier BERTIN

Il ne fait aucun doute que l’Ukraine lorsqu’elle aura recouvré ses frontières dont la Crimée, aura à faire un devoir de mémoire et regretter une partie de son histoire pendant la seconde guerre mondiale, bien que ce peuple aura subi avant la guerre des tentatives de génocide organisées par Staline. Elle devra réécrire son histoire en écartant tous les noms de ceux qui ont sympathisé ou agi avec le régime nazi durant la seconde guerre mondiale. L’Ukraine a été le théâtre de pogroms violents notamment parce que le Tsar Alexandre III y avait en grande partie cantonné une très grande partie des juifs (zone de résidence) tout en insufflant un violent antisémitisme avec l’aide de sa police secrète OKHRANA qui avait inventé  le Protocole des Sages de Sion auquel Hitler avait fait référence.

Mais ce n’est pas le moment – l’Ukraine doit faire face d’abord à l’agression russe génocidaire de type nazi menée par un dictateur digne de ceux de la seconde guerre mondiale. Le peuple ukrainien a choisi pour se protéger de la corruption interne et des tendances impérialistes russes de porter à sa tête un courageux et brillant Président « Juif » devenu pratiquement « un héros national » ; ainsi il s’est déjà en partie racheté des péchés du passé de certains d’entre eux.  Le soutien inconditionnel de l’Ukraine ne soit pas souffrir de la moindre hésitation et la position d’Arno Klarsfeld risque de porter tort au sens humanitaire du peuple juif. Le dictateur russe devenu fou menace la vie la vie des peuples de la terre et le concept de vie est une valeur prioritaire du Judaïsme.

Arno Klarsfeld se permet de mettre des conditions à l’entrée de l’Ukraine dans l’UE, mais où était-il lorsque nous luttions contre les tolérances gouvernementales des démonstrations pronazies en Lituanie et en Lettonie qui sont des membres de l’UE ?  Ces démonstrations continuent sans que des mesures de rétorsions soient prises à l’encontre de ces membres de l’UE.

En attendant la résolution du problème entre l’Ukraine et la Russie avide du territoire des autres, Arno Klarsfeld devrait modérer ses propos et ne semble pas avoir à notre avis la maturité indispensable pour assurer la succession de son père.

----------------------------------------------------

La guerre !  Implacable révélateur de la nature humaine !

La présente guerre de colonisation russe  en Ukraine et la  dénazification

Didier Bertin – 28 mars 2022

I-Point commun de l’empire tsariste russe avec le nazisme : l’antisémitisme

Dans l’empire russe les juifs devaient vivre dans une  « zone limitée de résidence » et avaient en grande partie été exclus de Russie par décision de Catherine II. Cette zone leur avait été imposée de  1791 à 1917. La création de de cette zone était due aux plaintes de marchands de Moscou ayant convaincu Catherine II que les juifs étaient des menteurs et des voleurs,  mais ils devaient être en fait de redoutables concurrents pour de piètres marchands moscovites.

Cette zone comprenait l’Ukraine, la Biélorussie, la Lituanie, la Moldavie et le centre Est de la Pologne. Afin de maintenir les juifs à l’écart de la société, les étudiants juifs ne devaient pas excéder 10% des étudiants de la zone de résidence et 3% en Russie. La présence de la plupart des juifs dans cette zone eut  pour effet de permettre l’expression meurtrière de l’antisémitisme sous forme de pogroms (massacres des juifs par la populace) inspirés par la Russie. Le Tsar Alexandre II avait enfin tenté de moderniser ce pays arriéré qu’était la Russie en commençant par la très tardive abolition du servage en 1861. Son esprit réformateur n’était  pas apprécié par tous en Russie et il échappa à onze tentatives d’assassinat. Il fut finalement assassiné en 1881. Bien que les juifs avaient tout à espérer d’un Tsar réformateur ils furent accusés de sa mort. De nombreux pogroms eurent lieu au cours desquels il fut dit qu’Alexandre III son successeur désirait qu’ils furent particulièrement meurtriers. On a dénombré 259 pogroms à Odessa, Kiev et Varsovie au XIXe siècle. En Bessarabie deux grands pogroms eurent lieu à Kichinev et en Ukraine 125 000 juifs furent massacrés après avoir été accusés de crimes rituels et 30 000 juifs furent tués au cours de la même période en Russie.

En 1918, on distinguait une Ukraine occidentale détachée de l’empire austro-hongrois et qui fut éphémère avec pour Capitale Lviv et rattachée finalement à la Pologne  et la République populaire Ukrainienne dont la capitale fut Kiev et qui subit une brève occupation allemande en 1918 et  qui fut rattachée à l’URSS en 1924. L’Ukraine occidentale fut annexée par la République soviétique d’Ukraine en 1939 dans le cadre du pacte Germano-soviétique

II-Points communs de la fédération de Russie avec le Nazisme

L’URSS qui était assimilable à un grand empire colonial englobant une multitude d’ethnies et une quinzaine de Républiques, comptait 293 millions d’habitant et était considérée comme une grande puissance. En 1991 la plupart des républiques (13 sur 15) devinrent indépendante et la population russe n’a plus représenté que 49% de celle de l’URSS. La dissolution de l’URSS fut le résultat d’une politique économique ruineuse dont un budget de la défense intenable en raison de la compétition devenue impossible avec les Etats Unis. Un certain nombre de Russes gardent en mémoire avec nostalgie le passé dominateur de l’URSS dont le plus haut fait de guerre fut sa Victoire contre l’Allemagne en 1945. Aujourd’hui la Russie n’est plus qu’un pays de second ordre qui a gardé le caractère belliqueux de l’URSS.

1-La mise en danger de l’opposition - L’appropriation du Pouvoir par un seul homme aux idées intolérantes et inspiré par l’esprit de conquête

L’arrivée d’un personnage inattendu au pouvoir «Vladimir Poutine » choisi par Boris Eltsine qui ne pouvait plus gouverner en raison de son alcoolisme a aggravé la situation de ce pays en décomposition. Vladimir Poutine a fait de la Russie une autocratie où tout opposant est en danger d’incarcération ou d’assassinat.

2-La mise en danger de la planète

Dans la tradition de l’URSS, Poutine a privé les russes d’une en partie de leurs revenus en investissant dans un arsenal d’ogives nucléaires équivalent à celui des Etats Unis dont le PIB est près de 13 fois plus grand. Poutine menace ouvertement les pays s’opposant à sa politique d’expansion d’utiliser le feu nucléaire et il aurait indiqué qu’un monde sans la Russie était pour lui sans intérêt.

3-La priorité donnée à l’utilisation de la force contre les règles fondamentales du Droit international et des Droits de l’Homme.

Poutine n’hésite pas à envahir tout ou partie d’anciennes Républiques soviétiques devenus indépendantes. Il a mené une Blitzkrieg pour annexer la Crimée et a voulu en faire autant avec l’Ukraine où il va sans doute connaître sa première défaite. D’autres pays de l’Est de l’UE sont menacés par Poutine mais ses problèmes en Ukraine pourraient porter un  coup d’arrêt à son appétit territorial. Poutine en mal de bases portuaires en Méditerranée s’est associé avec un autre dictateur « Bachar El Assad » et l’aurait aidé à réaliser des opérations génocidaires par arme chimique.

4-Liens avec le groupe Wagner

Ce groupe de mercenaires tient son nom de Richard Wagner dont les Opéras étaient très appréciés par les Nazis ainsi que le personnage connu pour son antisémitisme extrême. Wagner est mort en 1883 mais l’épouse de son fils Siegfried  a entretenu d’excellentes relations avec Hitler. Ce nom a été choisi par Dimitri Outkine, leader du groupe, ancien lieutenant-colonel de l’armée russe et admirateur d’Hitler qui considérait pourtant les slaves comme uns sous-race.

Ce groupe aide la Russie à organiser des opérations militaires qui vont à l’encontre du Droit international.  Le 9 décembre 2016 Poutine a décoré Dimitri Outkine de l’ordre du courage au cours d’une cérémonie officielle au Kremlin. Wagner interviendrait en Ukraine.

III-La liaison de l’Ukraine avec le Nazisme

Le Nazisme est issu du fascisme qui privilégie la Nation et l’autocratie en opposition à la démocratie. Le Nazisme est de plus fondé sur le racisme et l’antisémitisme et sur la croyance que les allemands seraient une race supérieure aux autres. Cette supériorité leur donnerait le privilège de soumettre les autres et de conquérir l’espace vital qui leur était nécessaire selon leur appréciation en colonisant d’autres pays. Les slaves étaient considérés comme uns sous-race et les juifs, les Roms et les handicapés qui dégraderaient l’espèce humaine selon les nazis  mériteraient d’être anéantis.

Au cours de la seconde guerre mondiale une partie de la population Ukrainienne accueillit les troupes nazies en libérateurs comme cela s’était aussi passé dans les pays baltes.

Les Ukrainiens de l’Ouest se souvinrent que sous la domination austro-hongroise ils pouvaient parler librement l’Ukrainien alors que le régime soviétique leur imposait le Russe. La politique soviétique fit naître en Ukraine de « grandes famines » appelées « Holodomors » en 1932 et 1933 ayant fait entre 2.5 millions et 5 millions de morts avec des cas de cannibalisme. Cette politique soviétique eu pour résultat un rejet viscéral de l’URSS par l’Ukraine.

Ainsi 250 000 ukrainiens s’engagèrent dans différents corps d’armée allemands pour combattre les russes et des ukrainiens collaborèrent  avec les nazis dans  certains camps d’extermination.

L’organisation ukrainienne OUN (Organisation Nationaliste Ukrainienne) passa des accords avec les Nazis dès 1932 et les aidèrent à envahir l’Ukraine. LOUN-M créa une division de Waffen-SS et l’OUN-B créa l’UPA pour lutter contre les Russes.

La Seconde Guerre mondiale fut particulièrement sanglante en Ukraine pour les Juifs. Ils furent victimes des « Einsatzgruppen allemands » et de leurs supplétifs ukrainiens qui réalisèrent la « Shoah par balles » (exécutions sommaires en masse). 1,5 million juifs furent exécutés. A Babi Yar (Kiev) des exécutions massives eurent eu lieu de 1941 à 1943 ; jusqu'à 100 000 personnes y ont été tuées, parmi lesquelles une majorité de Juifs mais également des Roms, des résistants et des prisonniers soviétiques.

Le 201éme bataillon Schutzmannschaft ukrainien fut créé en octobre 1941 spécialement pour la lutter contre les résistants biélorusses et favoriser l'extermination des Juifs. Plus de 700 collaborateurs ukrainiens servirent la 5éme panzer division SS « Viking », et 1 000 la division SS « Frundberg ». La population juive d’Ukraine s’élevait à 2 500 000 personnes en 1939 et fut réduite à 840 000 personnes en 1959.

En 2010 Viktor Iouchtchenko (Président de l’Ukraine) considéra le collaborateur pronazi « Stepan Bandera » et son organisation l’OUN comme héros de la nation.  

Petro Porochenko, président de l’Ukraine , tenta de récupérer des voix du groupe extrémiste SVOBODA dont le symbole est Wolfangel adopté par les nazis, en faisant voter en 2015 une loi déclarant héros de la libération les deux organisations paramilitaires OUN et UPA et en instituant des sanctions légales pour quiconque remettrait en cause ce statut. Par ailleurs un groupe fasciste et antirusse de 2000 membres appelé AZOV fut intégré dans l’armée ukrainienne. Des commémorations analogues eurent lieu pour des collaborateurs pronazis dans les pays Baltes. Accusé de corruption Petro Porochenko fut largement battu par Volodymyr Zelensky en 2019.

IV-Fin de la période néonazie en Ukraine en marche vers l’occident

Le 20 mai 2019 les Ukrainiens décidèrent de se débarrasser de leur classe politique extrémiste et corrompue  et élurent un « président Juif anti-Establishment et anti-corruption » : Volodymyr Zelensky qui obtint 73.3% des suffrages et créa un nouveau Parti politique.

Avec l’arrivée de Volodymyr Zelensky l’Ukraine a tourné définitivement une page « critiquable de son histoire » et a pris l’allure d’une démocratie moderne pro-Européenne. L’extrême droite fasciste serait maintenant estimée à environ 2% de l’électorat.

Avec un tel changement l’Ukraine échappait à la Russie en se tournant  vers l’UE et l’OTAN. Cette rupture est insupportable pour Poutine qui tente d’envahir l’Ukraine et paradoxalement fait naître  un sentiment d’unité nationale autour du Président Zelensky.

V-La guerre de conquête : Devenir grand sans faire d’effort économique

La Russie n’a plus été qu’une partie résiduelle de l’empire soviétique après 1991 avec une population de 146 millions d’habitants qui la classe au 9e rang mondial. Ce pays n’est européen qu’à 25% et son immense territoire résultant de conquêtes du XVIIème siècle font que  la Sibérie en représente à 77%.  78% de la population russe vit dans la partie européenne (25% du territoire) de la Russie soit 110 millions d’habitants et 22% de la population vit  dans 75% du territoire c’est-à-dire 36 millions sur 13 millions de km2.

La densité de population en Russie n’est que de que de 8.5 habitants par km2 ce qui en fait un des pays les plus vides du monde. En fait dans la partie asiatique la densité n’est plus que de 2.7 habitants/km2 que l’on peut comparer avec celle du Sahara de 1.0/km2.

La guerre de conquête en cours en Ukraine se heurte à la volonté nationale créée autour du Président Zelensky. L’armée russe qui était redoutée, est maintenant caractérisée par son inefficacité et sa désorganisation. Plusieurs armées russes renforcées par des Tchétchènes ont tenté d’envahir l’Ukraine et doivent actuellement limiter leurs ambitions au Donbass. La demande d’aide en effectifs au dictateur Bachar El Assad aurait même été évoquée.

La déroute des armées  russes les amènent à commettre des crimes de guerre en massacrant des civils. Marioupol est devenue une ville martyre comme le fut Guernica en Espagne bombardée par les nazis. La ville est presque entièrement détruite et des civils y ont été tués en nombre. En détruisant la ville  et en maintenant les installations portuaires les russes pensent s’emparer d’un nouveau port sur la mer d’Azov sans avoir à affronter de guérillas urbaines. Des résidences civiles sont détruites dans de nombreuses villes constituant des crimes contre l’humanité dont les dirigeants russes devraient répondre devant la Cour pénale internationale. Les images des villes ukrainiennes détruites passent à la Télévision russe avec un commentaire disant que l’armée Ukrainienne a provoqué ce désastre et malheureusement la plupart des russes le croient.

VI-L ‘irrationalité d’un autocrate

Poutine a voulu s’agrandir par la guerre en faisant une démonstration de force ratée. Pourtant cette conquête n’était même pas intéressante économiquement. L’Ukraine est un pays particulièrement pauvre avec un PIB nominal par habitant de 2963 USD et se classe au 133e rang  mondial alors que la Russie est moins pauvre en se classant au 65e rang avec un PIB nominal par habitant de 11 327 USD. L’ensemble Russie –Ukraine aurait rassemblé une population de 189 millions avec un PIB nominal par habitant de seulement 9287 USD, c’est-à-dire un PIB en chute de 18%. La Russie se serait classée ainsi au 75e rang mondial en PIB nominal par habitant soit au même niveau que celui du Liban.

Sans doute la Russie se serait enrichie en appauvrissant encore plus l’Ukraine comme cela avait été fait dans le passé par l’URSS engendrant les Holodomors.  La pauvreté en Russie au-delà du PIB per capta est aussi illustré par son 159e rang mondial en ce qui l’espérance de vie, derrière le Malawi, l’Egypte et la Syrie.

Les ressources extérieures de la Russie étaient composées en 2021à 70% du gaz et du pétrole. Les exportations de pétrole et gaz représentaient  32.3 milliards de dollars en 2021. La perte de ces revenus pourrait entrainer la Russie à renouer avec sa tradition d’être en défaut de paiement pour sur ses dettes extérieures.

L’idée de Poutine est aussi de se considérer comme puissant non pas en raison de la taille de son économie mais seulement en raison d’un nombre important d’ogives nucléaires qui lui permettrait de faire chanter la planète. Le chantage d’un Etat-voyou devient efficace face à des puissances occidentales et surtout européennes lâches.

VII – La lâcheté des pays occidentaux encourage les Etats-voyous

Le feu nucléaire est à présent dans les mains de chefs d’Etats-Voyous dénués de raison et d’humanité. Ils peuvent donc menacer le monde comme le font Poutine et Kim Jong-un et la viabilité de la planète. Ces dangereux états ne comprennent que les positions de force. Le spectacle méprisable des accords de Munich avec Hitler devait servir de leçon à l’Europe. La seule façon de garantir la paix et de se préparer à la guerre  « Si vice pace, para bellum ». La Russie avait parlé d’acte de belligérance en cas d’intervention militaire d’un pays tiers dans son conflit avec l’Ukraine mais pourrait décider  qu’il en est de même pour les sanctions économiques surtout lorsqu’elles auront un résultat tangible.

Le feu nucléaire met en cause la vie sur terre et pourtant la Russie possède maintenant autant d’ogives nucléaires que les Etats Unis. La menace de l’utilisation du feu nucléaire contre tous les membres de l’OTAN a été exprimée clairement. Il faut donc se préparer aux guerres chimiques et nucléaires pour tenter de les éviter. La Russie a pu accumuler des armes nucléaires en quantité  disproportionnée à sa taille économique au détriment de la qualité de vie de sa population.

Alors que la Russie est un pays de taille moyenne par son PIB nominal et sa population soit 1630 milliards de dollars (FMI 2018) et 146 millions d’habitants, l’UE et le Royaume Uni constituent  un ensemble réalisant un PIB nominal  de 21 600 milliards de dollars avec une population de 515 millions d’habitants. Les USA et le Canada réalisent un PIB nominal de 22 200 milliards de dollars et regroupent  377 millions d’habitants. Ces deux groupes de pays réalisent 70 fois le PIB de la Russie et ont une population 6 fois plus importante. Pourtant en termes d’ogives nucléaires « déployées » la France n’a que 280/300 ogives, le Royaume Uni 120/225 ogives, les Etats Unis 1800/7500 ogives et la Russie 1625/8500 ogives. La Russie a donc un nombre d’ogives déployées comparable à celui des Etats Unis sans compter les réserves et l’Europe dont le PIB est similaire à celui des Etats Unis n’a que 400 ogives déployées et doit faire appel aux Etats Unis en cas de danger. L’Europe a les moyens de se doter d’autant d’ogives nucléaires que la Russie et étant proche de ce pays,  ceci redonnerait aux armes nucléaires la force dissuasive destinée à garantir la Paix.

La diplomatie européenne est particulièrement inadaptée à l’égard de dictateurs qui n’ont en tête que le rapport de force et non pas le Droit international ou les Droits de l’Homme. Pour être entendue l’UE doit augmenter son budget de la défense afin de protéger sa population et être en bonne position pour faire valoir ses arguments. Les vérités  doivent être dites. Joe Biden a qualifié très justement ce que représentait Poutine et cela est une question d’éthique. La dépendance énergétique ou la peur n’ont pas à atténuer le langage de vérité.  L’UE doit veiller à ses intérêts en favorisant une entrée rapide de l’Ukraine dans l’UE et l’OTAN.

-------------------------------------------------

The war! Implacable revealer of human nature!

The Present Russian War of colonization in Ukraine and “denazification”

Didier Bertin – March 28, 2022

I-Common point of the Russian tsarist empire with Nazism: anti-Semitism

In the Russian Empire Jews had to live in a "limited area of ​​residence" and then were substantially expelled from Russia by decision of Catherine II. This zone had been imposed on them from 1791 to 1917. The creation of this zone was due to the complaints of Moscow merchants who had convinced Catherine II that the Jews were liars and thieves meaning in fact that they were in too efficient competitors for Muscovite merchants.

This area included Ukraine, Belarus, Lithuania, Moldova and central eastern Poland. In order to keep Jews out of society, Jewish students were limited to 10% of students in the area of ​​residence and to 3% in Russia. The presence of most Jews in this area had the effect of allowing the murderous expression of anti-Semitism in the form of pogroms inspired by Russia (massacres of Jews by the mob). Tsar Alexander II had finally tried to modernize this backward country that was Russia, starting with the very late abolition of serfdom only in 1861. His reforming spirit was not appreciated by everyone in Russia and he escaped eleven assassination attempts. He was finally assassinated in 1881. Although the Jews had everything to hope for from a reforming Tsar, they were blamed for his death. Many pogroms took place during which it was said that Tsar Alexander III the successor wanted them to be particularly deadly.

There were 259 pogroms in Odessa, Kyiv and Warsaw in the 19th century. In Bessarabia two big pogroms took place in Kishinev and in Ukraine 125,000 Jews were massacred after being accused of ritual crimes and 30,000 Jews were killed during the same period in Russia.

In 1918, we distinguished a Western Ukraine detached from the Austro-Hungarian Empire and which was ephemeral with Lviv as its capital and finally attached to Poland and the Ukrainian People's Republic whose capital was Kyiv and which suffered a brief German occupation in 1918 and which became part of the USSR in 1924. Western Ukraine was annexed by the Ukrainian Soviet Republic in 1939 as this was agreedin the German-Soviet Pact

II-Common points of the Russian Federation with Nazism

The USSR, which was comparable to a great colonial empire encompassing a multitude of ethnic groups and about fifteen Republics, had 293 million inhabitants and was considered a great power. In 1991 most of the republics (13 out of 15) became independent and the Russian population represented only 49% of that of the USSR. The dissolution of the USSR was the result of a ruinous economic policy including an unsustainable defense budget due to the competition that had become impossible with the United States. A number of Russians remember with nostalgia the dominating past of the USSR, whose greatest war event was its victory against Germany in 1945. Today Russia is no more than a second-rate country which kept the warlike character of the USSR.

1-The endangerment of the opposition - The appropriation of power by one single leader with intolerant ideas and inspired by the spirit of conquest

The arrival of an unexpected figure in power "Vladimir Putin" chosen by Boris Yeltsin, who could no longer govern because of his alcoholism, worsened the situation of this decaying country. Vladimir Putin has made Russia an autocracy where any opponent is in danger of incarceration or assassination.

2-Endangering the planet

In the tradition of the USSR, Putin deprived the Russians of part of their income by investing in an arsenal of nuclear warheads equivalent to that of the United States, whose GDP is nearly 13 times greater than that of Russia. Putin openly threatens countries opposing his policy of expansion to use nuclear fire and has reportedly indicated that a world without Russia is of no interest to him.

3-The priority given to the use of force against the fundamental rules of international laws and human rights

Putin does not hesitate to invade all or part of few former Soviet republics that have become independent. He led a Blitzkrieg to annex Crimea and wanted to do the same with Ukraine where he will undoubtedly experience his first defeat. Other eastern EU countries are under threat from Putin but his troubles in Ukraine could put a damper on his territorial appetite. Putin, in search of port bases in the Mediterranean, joined forces with another dictator "Bashar El Assad" and would have helped him to carry out genocidal operations by chemical weapons.

4-Links with the Wagner group

This group of mercenaries takes its name from Richard Wagner whose Operas were highly regarded by the Nazis as well as the character known for his extreme anti-Semitism. Richard Wagner died in 1883 but the wife of his son Siegfried Wagner maintained excellent relations with Hitler. This name was chosen by Dimitri Utkin, leader of the group, former lieutenant-colonel of the Russian army and admirer of Hitler who nevertheless considered the Slavs to be a sub-race.

This group helps Russia organize military operations that go against international laws. On December 9, 2016 Putin decorated Dimitri Utkin with the Order of Courage during an official ceremony in the Kremlin. Wagner would intervene in Ukraine.

III-The connection of Ukraine with Nazism

Nazism comes from fascism which favors the Nation and autocracy in opposition to democracy. Nazism added racism and anti-Semitism and on belief that the Germans are a superior race to others. This superiority would give them the privilege of dominating other peoples and conquering the living space they needed according to their appreciation by colonizing other countries. The Slavs were considered a sub-race and the Jews, the gypsies and the disabled people who would degrade the human species according to the Nazis deserved to be annihilated.

During the Second World War, part of the Ukrainian population welcomed the Nazi troops as liberators, as had also happened in the Baltic countries.

Western Ukrainians remembered that under Austro-Hungarian rule they could speak Ukrainian freely, while the Soviet regime imposed Russian on them. Soviet policy gave rise to “great famines” in Ukraine called “Holodomors” in 1932 and 1933, which caused between 2.5 million and 5 million deaths with cases of cannibalism. This Soviet policy resulted in a visceral rejection of the USSR by Ukraine.

Thus 250,000 Ukrainians enlisted in various German army corps to fight the Russians and Ukrainians collaborated with the Nazis in certain extermination camps.

The Ukrainian organization OUN (Ukrainian Nationalist Organization) made agreements with the Nazis as early as 1932 and helped them invade Ukraine. OUN-M created a division of Waffen-SS and OUN-B created the UPA to fight against the Russians.

World War II was particularly bloody in Ukraine for Jews. They were victims of the "German Einsatzgruppen" and their Ukrainian auxiliaries who carried out the "Holocaust by bullets" (mass summary executions). 1.5 million Jews were executed. In Babi Yar (Kyiv) mass executions took place from 1941 to 1943; up to 100,000 people were killed there, including a majority of Jews but also gypsies, resistance fighters and Soviet prisoners.

The 201st Ukrainian Schutzmannschaft battalion was created in October 1941 especially to fight against the Belarusian resistance fighters and promote the extermination of the Jews. More than 700 Ukrainian collaborators served the 5th SS "Viking" panzer division and 1,000 the SS "Frundberg" division. Ukraine's Jewish population stood at 2,500,000 in 1939 and was reduced to 840,000 in 1959.

In 2010 Viktor Yushchenko (President of Ukraine) considered the pro-Nazi collaborator “Stepan Bandera” and his organization the OUN as heroes of the nation.

Petro Poroshenko, President of Ukraine, tried to recover votes from the extremist group SVOBODA, whose symbol is Wolfangel adopted by the Nazis, by passing a law in 2015 declaring the two paramilitary organizations OUN and UPA as heroes of liberation and by establishing legal sanctions for anyone who challenges this status. In addition, a fascist and anti-Russian group of 2,000 members called AZOV was integrated into the Ukrainian army. Commemorations were also held for pro-Nazi collaborators in the Baltic countries. Accused of corruption Petro Poroshenko was largely beaten by Volodymyr Zelensky in the elections of 2019.

IV-End of the neo-Nazi period in Ukraine on the march to the West

On May 20, 2019 Ukrainians decided to get rid of their extremist and corrupt political class and elected an “anti-Establishment and anti-corruption Jewish president”: Volodymyr Zelensky who obtained 73.3% of the vote and created a new political party.

With the arrival of Volodymyr Zelensky, Ukraine has definitively and at last turned a “questionable page in its history” and has taken on the appearance of a modern pro-European democracy. The fascist far right is now believed to be around 2% of the electorate.

With such a change Ukraine was escaping from Russia by turning to the EU and NATO. This break is unbearable for Putin who is trying to invade Ukraine and paradoxically gives rise to a feeling of national unity around President Zelensky.

V-The war of conquest: Growing without making an economic effort

Russia was only a residual part of the Soviet empire after 1991 with a population of 146 million which ranks it 9th in the world. Geographically this country is only 25% European and its immense territory resulting from the conquests of the 17th century involved that Siberia represents 77% of it. 78% of the Russian population lives in the European part (25% of the territory) of Russia, i.e. 110 million inhabitants and 22% of the population lives in 75% of the territory, i.e. 36 million in 13 million of km2.

The population density in Russia is only 8.5 inhabitants per km2 which makes it one of the emptiest countries in the world. In the Asian part of Russia the density is only 2.7 inhabitants/km2 (as compared with that of the Sahara of 1.0/km2).

The ongoing war of conquest in Ukraine comes up against the national will created around President Zelensky. The feared Russian army is now characterized by inefficiency and disorganization. Several Russian armies have attempted to invade Ukraine and must finally limit their ambitions to Donbas. The request for help of Syrian soldiers of the dictator Bashar El Assad would have been mentioned and was vain.

The rout of the Russian armies leads them to commit war crimes by massacring civilians. Mariupol has become a martyr city like Guernica in Spain which was bombed by the Nazis. The city is almost completely destroyed and civilians have been killed in numbers. By destroying the city and maintaining the port facilities, the Russians think of seizing a new port on the Sea of ​​Azov without having to face urban guerrillas. Civilian residences are destroyed in many cities constituting crimes against humanity for which the Russian leaders should answer before the International Criminal Court. Images of destroyed Ukrainian cities are shown on Russian TV with a comment saying that the Ukrainian army caused this disaster and sadly most Russians believe it.

VI-The irrationality of an autocrat

Putin wanted to grow through war by making a failed show of force. Yet this conquest was not even economically interesting. Ukraine is a particularly poor country with a nominal GDP per capita of USD 2,963 and ranks 133rd in the world while Russia is less poor ranking 65th with a nominal GDP per capita of USD 11,327. The Russia-Ukraine group would have gathered a population of 189 million with a nominal GDP per capita of only 9287 USD, that is to say a GDP falling by 18%. Russia would thus have ranked 75th in the world in nominal GDP per capita, similar to that of Lebanon.

No doubt Russia would have enriched itself by further impoverishing Ukraine as had been done in the past by the USSR generating the Holodomors. Russia's poverty beyond GDP per capita is also illustrated by its 159th world rank in life expectancy, behind Malawi, Egypt and Syria.

Russia's external resources in 2021 consisted of 70% gas and oil. Oil and gas exports accounted for 32.3 billion dollars in 2021. The loss of these revenues could cause Russia to resume its tradition of defaulting on its foreign debts.

Putin's idea is also to consider himself powerful not because of the size of his economy but only because of a large number of his nuclear warheads that would allow him to blackmail the planet. The blackmail of a rogue state becomes effective against cowardly Western and especially European powers.

VII – The cowardice of Western countries encourages rogue states

The nuclear fire is now in the hands of leaders of rogue states devoid of reason and humanity. They can therefore threaten the world as Putin and Kim Jong-un do and the viability of the planet. These dangerous states, which could include Iran in the future, understand only positions of strength. The despicable spectacle of the Munich agreements with Hitler was assumed to serve as a lesson to Europe. The only way to guarantee peace is to be prepared for war:  “Si vice pace, para bellum”. Russia had spoken of an act of belligerence in the event of military intervention by a third country in its conflict with Ukraine, but could decide that the same is true for economic sanctions, especially when they will have a tangible result.

Nuclear fire threatens life on earth, yet Russia now has as many nuclear warheads as the United States. The threat of the use of nuclear fire against all NATO members has been made clear. It is therefore necessary to be prepared for chemical and nuclear wars in an attempt to avoid them. Russia was able to accumulate nuclear weapons in quantity disproportionate to its economic size to the detriment of the quality of life of its population.

While Russia is a medium-sized country by its nominal GDP and its population of 1630 billion dollars (IMF 2018) and 146 million inhabitants respectively, the EU and the United Kingdom constitute a group achieving a nominal GDP of USD 21,600 billion with a population of 515 million. The USA and Canada have a nominal GDP of  USD 22,200 billion and have 377 million inhabitants. These two groups of countries achieve 70 times the GDP of Russia and have a population 6 times larger. Yet in terms of “deployed” nuclear warheads France has only 280/300 warheads, the United Kingdom 120/225 warheads, the United States 1800/7500 warheads and Russia 1625/8500 warheads. Russia therefore has a number of warheads deployed comparable to that of the United States without counting the reserves and Europe, whose GDP is similar to that of the United States, has only 400 warheads deployed and must call on the United States in the event of danger. Europe has the means to acquire as many nuclear warheads as Russia and being close to this country, this would give nuclear weapons the deterrent force intended to guarantee peace.

European diplomacy is particularly unsuited to dictators who only have the balance of power in mind and not international law or human rights. To be heard, the EU must increase its defense budget in order to protect its population and be in a good position in negotiations. Truths must be told. Joe Biden very aptly characterized what Putin stood for and that is a matter of ethics. Energy dependency or fear need not weaken the language of truth. The EU must look out for its interests by promoting Ukraine's rapid entry into the EU and NATO.

----------------------------------------------

LETTRE A EMMANUEL MACRON DU 17 MARS 2022

Objet : votre intervention du 15 mars 2022 devant la presse et le bombardement du 16 mars à Marioupol.

17 mars 2022

Monsieur le président,

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie entrainant de lourdes pertes  dans la  population civile, un point de non-retour semble avoir été atteint  avec le bombardement du théâtre de Marioupol hier le 16 mars. Tout le monde s’accorde à qualifier maintenant l’offensive russe de « crime contre l’humanité » pour lequel un Tribunal ad hoc devrait être constitué.  Le président ukrainien n’a cessé de demander de façon légitime la protection de son espace aérien par les aéronefs des pays démocratiques. Vous vous y êtes opposé en disant que cela nous ferait entrer en guerre avec la Russie. Pourtant il ne s’agit que d’une coopération destinée à prévenir toute incursion meurtrière dans l’espace ukrainien destinée à faire respecter le Droit sur demande des autorités légitimes de l’Ukraine. Une guerre contre la Russie consisterait à entrer dans l’espace aérien russe pour éventuellement exercer un droit de poursuite, ce qui n’est pas demandé. L’espace aérien ukrainien n’appartient pas à la Russie. « Une position insuffisamment protectrice pourrait impliquer la responsabilité des pays européens dans ces crimes contre l’Humanité » qui pourrait être inscrite dans  notre Histoire et qui inclut déjà trop de points regrettables. M. Poutine devrait aussi répondre des lourdes pertes subies par les jeunes soldats russes qui ne se sentent généralement pas  concernés par la reconstitution de l’URSS.

Par ailleurs lors des élections présidentielles françaises ce problème moral pourrait avoir une influence négative.

En espérant un changement d’attitude de notre pays, je vous prie d’agréer Monsieur le Président, l’expression de ma respectueuse considération.

Didier BERTIN


 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

To: Mrs Ursula von der Leyen,

 President of the European Commission

Subject: Ukraine                                                                March 13, 2022

Copy to Emmanuel Macron, President of the French Republic

Madame President,

I was impressed by your speech at the last press conference in Versailles and I take the liberty of writing to you about Ukraine. The Western world had already lost much of its moral credibility due to its behavior in World War II, then in Cambodia, then in Rwanda and elsewhere. This has not served as a lesson and we are witnessing the destruction of Ukraine by merely providing distant aid which results in the accumulation of innocent victims. Putin had begun his aggression in true Nazi style and now he seems to be following Kim Jong-Un's lead.

The cowardly behavior of the Western powers is all the less acceptable particularly since Russia is a small country in many respects.

Russia is the largest world country in area by the conquest of Cossacks and adventurers in the 17th century who made Siberia 77% of Russia. This area was useful to rout armies of infantry and artillerymen, but the war has changed a lot. Russia is economically a small country with a nominal GDP of around 1,630 billion dollars (IMF 2018) against 2,775 for France, 18,750 for the EU and 20,500 for the United States. That is to say that Russian GDP is 24 times smaller than that of the countries with which it wants to confront itself. In terms of GDP per capita Russia ranks 64th in the world with 11,327 dollars (IMF 2021) against 45,028 for France and 69,375 for the USA. Russia is therefore a poor country at the same level as Mauritius in GDP per Capita. This poverty is reflected in the male life expectancy of only 66 years. Our hesitant confrontation with such a small country makes us appear cowardly and insufficiently sensitive to humanitarian causes.

Strategically the distribution of the population in Russia accentuates its fragility with 80% of its population on 25% of its territory. In addition, Russia has only six notable large metropolises: Moscow, St Petersburg, and far behind Kazan, Nijni Novgorod, Yekaterinburg and Novosibirsk.

The violent invasion of Ukraine, the use of cluster munitions targeting civilians, apartment buildings, hospitals and schools, and moreover a missile launched near the Polish border require our intervention to protect the EU as well as free world.

This small country is blackmailing Western powers like a terrorist with a nuclear weapons and this blackmail could never end.

Countries :

Approximate figures

Strategic deployed weapons

Tactical deployed weapons

Arsenal

USA

1880

150

6450

United Kingdom

150

0

215

France

300

0

300

Strategic an tactical weapons of Western countriesPays

2330

150

6965

Russia

2000

0

6600

Other countries

500

0

605

Only a third of the Russian arsenal is deployed and the actual functionality of its entire arsenal is unknown. The US has 150 deployed tactical weapons that could in principle meet the need of a rapid neutralization of Russia.

Without going as far as the use of nuclear weapons, the position of Western countries allows them to impose the use of EU’s Russian MIGs to protect the Ukrainian skies. Putin may say that the place of origin of these MIGs is the EU which thus becomes its belligerent but that will only worsen his situation since he will find himself alone against NATO.

The skies protection will allow better circulation in the humanitarian corridors, which is a moral duty, and that of arms deliveries by land. It is not acceptable that Russia dictates to Ukraine whether it should be in NATO or in the EU or even in both; this is a democratic choice and not a diktat.

I hope that my participation in the reflection on this problem will be useful.

Faithfully yours

Didier BERTIN

RUSSIE – UKRAINE – MASSACRES

Didier Bertin – 7 mars 2022

Article envoyé au Président Emmanuel Macron le 7 mars 2022

 

I-Les faits commandent notre action

S’il y avait le moindre doute sur l’existence de l’Ukraine comme étant une Nation Unie, il est à présent  levé car l’agression épouvantable de Poutine aura  renforcé définitivement le ciment national qui unit au-delà de leur Histoire la plupart des Ukrainiens au sein d’une même patrie. Les séparatistes du Donbass peuvent même commencer à avoir de sérieux doutes sur l’avenir de leur indépendance.    

L’outrecuidance de Poutine qui prétend dénazifier un pays qui a élu démocratiquement à sa tête un juif devenu de son vivant un héros de la nation Ukrainienne, rend ce motif particulièrement mensonger. Poutine devrait commencer par nettoyer la Russie de ses sympathisants nazis et se débarrasser de ses mercenaires du groupe Wagner dont le leader qui est un  admirateur d’Hitler, est invité à des réceptions officielles à Moscou. Il est clair que l’agression russe de l’Ukraine qui devait être une Blitzkrieg que l’armée russe n’a pas su mener, est une copie conforme de l’invasion des sudètes par Hitler pour prendre le contrôle de la Tchécoslovaquie. L’accord de Minsk est considéré comme un chiffon de papier par Poutine comme le furent les accords de Munich et l’on ne peut se contenter de la signature de dictateurs sans leur faire valoir un recours à la force. La lâcheté des démocraties occidentales n’a fait qu’ouvrir l’appétit d’Hitler et Poutine suivra le même chemin avec la Moldavie et pourquoi pas avec les pays de l’Union Européenne à l’Est.

Il est clair qu’un acte de guerre à la place des accords de Munich aurait pu mener à la paix et pourtant les démocraties continuent à rechercher à négocier avec un dictateur et cela ne fait que convaincre Poutine de leur faiblesse. Poutine joue avec le fait qu’il détient le feu nucléaire ce qui aurait dû amener les puissances occidentales à exercer une menace similaire et immédiate. La taille de la Russie n’est plus la protection qu’elle avait été face à Napoléon ou Hitler puisque 80% des russes sont concentrés sur 25% de leur territoire. Il faut savoir passer outre les menaces nucléaires qui mettraient en cause l’existence même de la Russie et ne plus obéir à Poutine. En ne protégeant pas le ciel Ukrainien nous obéissons à Poutine, en ne faisant pas reculer les troupes russes nous obéissons à Poutine, en laissant la population civile ukrainienne se faire assassiner devant nos yeux nous obéissons à Poutine.

Les nouveaux médias dont la télévision font que ces assassinats sont commis devant nos yeux dans nos salons et nous ne pouvons plus prétendre que nous ne savions pas.

Les leaders des démocraties pourraient craindre de devoir un jour passer devant le Tribunal Pénal International pour non-assistance à des peuples en danger de mort comme cela aurait dû être le cas pour le Cambodge et le Rwanda.

Les Juifs ont été des victimes désignées de l’agression nazie au cours de  la seconde guerre mondiale durant laquelle les deux tiers de la population juive européenne a été assassinée au vu et au su des principaux leaders du monde occidental ; ils n’avaient sans doute que du mépris pour la survie des minorités qui aurait pu faire perdre un peu de temps au processus de guerre conventionnel qui opposent des armées entre elles.

Malgré cela nous voyons a nouveaux sur les plateaux de télévision des gens prétendument respectables qui viennent expliquer qu’il faut être raisonnable pour deux même si le prix à payer est à la fois  la disparition de l’Ukraine et la reconstitution du rideau de fer.  Comme l’a fait De Gaulle il faut encore sauver la France de l’esprit Vichyste et notre armée aura vite fait de faire retourner les russes en Russie ; c’est une occasion de se rattraper de la catastrophe de 1940 ; il ne s’agira pas d’une troisième guerre mondiale mais d’un conflit local en vue de protéger l’Europe comme la France le fait en Afrique pour se protéger du terrorisme.

II-Rappel historique

L'Ukraine à la différence de la Russie est entièrement en Europe alors que la Russie n’est européenne qu’à 25% ce qui révèle une différence identitaire essentielle. L’Ukraine a été le premier pays slave sous le nom de la Rus’ de Kiev.  La Rus’ de Kiev s’étendait de la mer baltique à la mer noire. Après la chute de la Rus’ de Kiev, la principauté de Moscou s’empara des territoires de ses voisins puis devint la Tsarat de Russie. Ivan II de Moscou s’était déjà donne le titre de souverain de toute la Rus’.

En réaction aux précédentes invasions mongoles. Ivan le Terrible, Pierre le Grand et Catherine II adoptèrent une politique d’expansion territoriale à l’Est comme à l’Ouest (notamment en Pologne). Les cosaques atteignirent le pacifique puis le détroit de Béring et l’Alaska (vendue ensuite aux Etats Unis).

La Russie devint donc immense en accumulant des terres  arides et vides de population et fut donc un Empire peu productif. La Russie puis l’URSS devint une grande puissance par sa surface et par son caractère belliqueux mais certainement pas une grande puissance économique. L’accumulation de matériels de guerre se fit aux dépens d’une population devant vivre  dans la pauvreté. L’Ukraine qui fournissait les céréales à l’URSS en fut parfois privée entrainant les Holodomors qui furent de grandes famines considérées comme des actes génocidaires de l’URSS envers l’Ukraine.

Les Banquiers superficiels pour la plupart furent toujours impressionnés par les apparences de puissance de la Russie puis de l’URSS sans se douter qu’il ne s’agissait que de décors ; ainsi la Russie comme l’URSS furent les pires débiteurs. Les dettes jamais payées furent prorogées indéfiniment pour les laisser le temps aux Banque de passer des provisions. En fait les prêts à la Russie et à l’URSS ont été des dons de l’économie occidentale à un nain économique.

La récente naissance de véritables grandes puissances économiques met définitivement et  très visiblement en cause le mythe de la puissante Russie au regard de son PIB/per capita. Poutine semble  continuer à vivre dans un passé artificiel. La Russie n’est pas non plus une grande puissance militaire en raison de son économie limitée. La menace de l’utilisation de l’arme atomique qui devait garantir la paix est un comportement délinquant et suicidaire dans le style djihadiste. Cela souligne l’importance de priver les dictatures de l’arme atomique à commencer par l’Iran.

Les colonies des grands Empires sont progressivement devenues indépendantes et une guerre de colonisation est particulièrement anachronique et inacceptable. Pour des Etat délinquants il est plus facile de se saisir des biens de proies faciles plutôt que de produire soi-même. Poutine veut voler les minerais, les céréales, et les villes portuaires d’Ukraine et agrandir son territoire à l’instar de la lointaine Tsarat de Moscou. Si l’on suit les aspirations des Etats pirates le monde libre disparaitra absorbé par un univers sans règles, sans lois et sans morale mettant en cause l’existence de la planète.

----------------------------------------------------------------

RUSSIA – UKRAINE – SLAUGHTERS

Didier Bertin – 7 March 2022

Article sent to President Emmanuel Macron on 7 March 2022

 

I-Facts govern our action

If there was the slightest doubt about the existence of Ukraine as a United Nation, it is now removed because Putin's appalling aggression will have definitively reinforced the national cement which unites most of them beyond their history the Ukrainians within the same homeland. Donbass separatists may even begin to have serious doubts about the future of their independence.

The presumptuousness of Putin who claims to denazify a country which democratically elected as its head a Jew who become a hero of the Ukrainian nation makes this motive particularly mendacious. Putin should start by cleaning Russia of its Nazi sympathizers and getting rid of its mercenaries from the Wagner group whose leader, who is an admirer of Hitler, is invited to official receptions in Moscow. It is clear that the Russian aggression of Ukraine, which was to be a Blitzkrieg that the Russian army did not know how to carry out, is a copy of Hitler's invasion of the Sudetenland to take control of Czechoslovakia. The Minsk agreement is considered scraps of paper by Putin as were the Munich agreements and we cannot be satisfied with the signature of dictators without asserting the use of force. The cowardice of Western democracies only whets Hitler's appetite and Putin will follow the same path with Moldova and why not with the countries of the European Union in the East.

It is clear that an act of war instead of the Munich agreements could have led to peace and yet the democracies continue to seek to negotiate with a dictator and this only convinces Putin of their weakness. Putin plays with the fact that he has the nuclear fire which should have caused the Western powers to exert a similar and immediate threat. The size of Russia is no longer the protection it had been against Napoleon or Hitler since 80% of Russians are concentrated on 25% of their territory.

We have to ignore the nuclear threats that would jeopardize the very existence of Russia and no longer obey Putin. By not protecting the Ukrainian sky we are obeying Putin, by not pushing back the Russian troops we are obeying Putin, by letting the Ukrainian civilian population be murdered before our eyes we are obeying Putin. The new media including television make these murders happen before our eyes in our living rooms and we can no longer pretend we didn't know.

The leaders of the democracies might fear having to go before the International Criminal Court one day for non-assistance to peoples in danger of death as this should have been the case for Cambodia and Rwanda.

Jews were designated victims of Nazi aggression during World War II in which two-thirds of the European Jewish population was murdered in full view of the major leaders of the Western world; they probably had nothing but contempt for the survival of minorities, which could have lost short time in the process of conventional warfare which pits armies against each other.

Despite this, we are seeing new people on television sets who are supposedly respectable and who come to explain that it is necessary to be reasonable for two, even if the price to pay is both the disappearance of Ukraine and the reconstitution of the Iron Curtain. As De Gaulle did, we still have to save France from the Vichy spirit and our army will quickly push back the Russians to Russia; it is an opportunity to catch up with the disaster of 1940. It will not be a third world war but a local conflict to protect Europe as France does in Africa to protect itself from terrorism.

II-Historical reminder

Ukraine, unlike Russia, is entirely in Europe while Russia is only 25% European, which reveals an essential identity difference. Ukraine was the first Slavic country under the name of Kievan Rus'. Kievan Rus' stretched from the Baltic Sea to the Black Sea. After the fall of Kievan Rus' the principality of Moscow seized the territories of its neighbors and then became the Tsarat of Russia. Ivan II of Moscow had already given himself the title of sovereign of all Rus'.

In response to previous Mongol invasions, Ivan the Terrible, Peter the Great and Catherine II adopted a policy of territorial expansion in both East and West (notably in Poland). The Cossacks reached the Pacific then the Bering Strait and Alaska (then sold to the United States).

Russia thus became immense by accumulating arid and empty lands of population and was therefore an Empire which was not very productive. Russia and then the USSR became a great power in terms of surface area and belligerent nature, but certainly not a great economic power. The accumulation of war materials was done at the expense of a population that had to live in poverty. Ukraine, which supplied grain to the USSR, was sometimes deprived of it, leading to the Holodomors which were great famines considered as genocidal acts by the USSR against Ukraine.

Superficial bankers for the most part were always impressed by the appearances of power of Russia and then of the USSR without suspecting that it was only a décor; thus Russia, like the USSR was the worst debtor. Debts that were never paid were extended indefinitely to give the banks time to pass provisions. In fact the loans to Russia and the USSR were gifts from the Western economy to an economic dwarf.

The recent birth of real great economic powers definitively and very visibly calls into question the myth of a powerful Russia with regard to its GDP/per capita. Putin seems to continue to live in an artificial past. Russia is also not a major military power due to its limited economy. The threat of the use of the atomic weapon which was to guarantee peace is delinquent and suicidal behavior in the jihadist style. This underlines the importance of depriving dictatorships of atomic weapons, starting with Iran.

The colonies of the great Empires have gradually become independent and a colonization war is particularly anachronistic and unacceptable. For delinquent States it is easier to seize goods from an easy prey rather than to produce ones. Putin wants to steal the minerals, grain, and port cities of Ukraine and expand his territory like the distant Tsarat of Moscow. If we follow the aspirations of the pirate states, the free world will disappear absorbed by a universe without rules, without laws and without morals questioning the existence of the planet.

---------------------------------------------------------------------

RUSSIE – UKRAINE

Didier BERTIN – February 26, 2022

From Munich to Moscow

Version française après la verson anglaise

 

During the dislocation of the Austro-Hungarian Empire in 1918, four German-speaking entities of Czechoslovakia collectively called Sudetenland felt isolated in a new Slavic territory and asked to be attached to Germany. With 3.2 million inhabitants, German speakers constituted 22.8% of the total population. Eventually Hitler solved the Sudetenland problem by taking control of all of Czechoslovakia. The problem of the Sudetenland can be compared to that of the Donbass after the break-up of the USSR. As a matter of fact, on the basis of a strategy similar to that of the Germans, Russia wants to solve the problem of Donbass by invading all of Ukraine. This similarity is in both cases was made possible by the cowardly character of Western democracies.

The Donbass comprises two Oblasts: Donetsk and Luhansk, which respectively include 4.6 million and 2.2 million inhabitants, i.e. a total of 6.8 million inhabitants out of a Ukrainian population of 42.5 million excluding the Crimea (already occupied by Russia). The Donbass represents only 16% of the Ukrainian population and includes Russian speakers and Ethnic Russian speakers and more exactly 75% in Donetsk and 69% in Luhansk. However, not all Russian speakers are ethnic Russians and in 2011 a survey showed that 40% of Russian speakers considered themselves Russians, i.e. 1.8 million inhabitants, i.e. 0.4 of the Ukrainian population. Moreover, Ukrainian is a language similar to Russian and the fate of the inhabitants of Donbass is in no way comparable to that of the inhabitants of the Sudetenland isolated in Slavic land.

It emerges from this that the identity and linguistic problem is only a pretext to achieve other targets because in the worst case the return to Russia of 1.8 million ethnic Russians should not pose a problem for a country as vast as Russia.

Basically, the Donbass is the richest region in mineral resources of Ukraine, but its ports are a much greater attraction for Russia that has always wanted to be a great maritime power. Indeed Russia is paradoxically the largest country in the world and also the most landlocked in terms of its access to the sea and in particular to the southern seas. On the Pacific where Russia has open access the country is there very underdeveloped.

The problem was only partially solved by the invasion of Crimea, which is only a peninsula in the Black Sea. As a result many Russian ships have to anchor on foreign soil. This situation was not sustainable for a country that aims to be a great military and maritime power even if it means setting aside its economic development.

With Crimea Russia had recovered Sevastopol and with Ukraine it will take possession of Odessa on the Black Sea and even of Mariupol on the Sea of ​​Azov. To the north, the Baltic Sea is also landlocked and we can speak of fully open access only for the Pacific coast.

Despite a vast territory, the key to opening up landlocked seas for Russia is the nuclear threat if necessary. Russia must indeed bark strongly because this vast country is poor.

The nominal GDP of Russia is lower than that of Italy, i.e. 1,630 billion dollars in 2018 of which a large part is invested in armaments, compared to 2,072 billion for Italy, 2,775 billion for France and 20,500 billion for the USA. Thus the nominal GDP per capita of Russia is only $11,240; $34,533 for Italy, $42,045 for France and $61,900 for the USA.

Although the Western world is indebted to Russia for its victory over Germany in 1945, we must remember that this country that it is now only a second-rate power and that its nuclear threat to bring down the hurdles is similar to terrorism. Moreover the size of Russia does not protect it from nuclear fire since 80% of the population is concentrated on 25% of its territory.

The stakes are high because by bringing territories under Russian rule, their population is deprived of freedom and fundamental human rights. “The power of Russia is based on the cowardice of the representatives of Western democracies and not on facts.”

 

----------------------------------------------------

 

RUSSIE – UKRAINE

Didier BERTIN – 26 février 20222

De Munich à Moscou

 

Lors de la dislocation de l’Empire Austro-Hongrois en 1918 quatre entités germanophones de Tchécoslovaquie appelées collectivement Sudètes se sont senties isolées dans un nouveau territoire slave et demandèrent leur rattachement à l’Allemagne. Avec 3.2 millions d’habitants les germanophones constituaient 22.8% de la population totale. Finalement Hitler résolut le problème des sudètes en prenant le contrôle de toute la Tchécoslovaquie. On peut comparer le problème des Sudètes à celui du Donbass après la dislocation de l’URSS.  Sur la base d’une stratégie analogue à celle des allemands la Russie veut résoudre le problème du Donbass en envahissant toute l’Ukraine. Cette similitude est dans les deux cas est rendue possible en raison du caractère lâche des démocraties occidentales.

Le Donbass comprend deux Oblasts : Donetsk et Louhansk qui incluent respectivement 4.6 millions et  2.2 millions habitants soit au total 6.8 millions d’habitants sur une population Ukrainienne de 42.5 millions en excluant la Crimée (déjà annexée par la Russie). Le Donbass ne représente que 16% de la population Ukrainienne et comprend à la fois des Russophones et des Russes Ethniques et plus exactement  75% à Donetsk et 69% à Louhansk. Toutefois tous les russophones ne sont pas des russes ethniques et en 2011 un sondage a montré que 40% des russophones se considéraient comme Russes soit 1.8 million d’habitant c'est-à-dire 0.4 de la population ukrainienne. Par ailleurs l’Ukrainien est une langue similaire au Russe et le sort des habitants  du Donbass n’est en rien comparable à celui des habitants des sudètes isolés en terre slave.

Il ressort de cela que le problème identitaire et linguistique n’est qu’un prétexte pour atteindre d’autres fins et dans le pire des cas le retour de 1.8 millions de Russes ethniques en Russie ne devrait pas poser de problème à un pays aussi vaste.

A la base le Donbass est la région la plus riche en ressources minières de l’Ukraine mais ses ports constituent un attrait pour la Russie bien plus grand pour un pays qui a toujours voulu être une grande puissance maritime.

En effet la Russie est paradoxalement le plus vaste pays du monde et mais aussi le plus enclavé en ce qui concerne son accès à la mer et en particulier aux mers du sud. Sur le pacifique où la Russie a un accès ouvert le pays est très peu développé.

Le problème n’a été qu’en partie résolu par l’invasion de la Crimée qui n’est qu’une presqu’île de la mer noire. En conséquence de nombreux navires russes doivent mouiller en terre étrangère. Cette situation n’était pas durable pour un pays qui vise à être une grande puissance militaire et maritime quitte à mettre de côté son développement économique.

Avec la Crimée la Russie avait récupéré Sébastopol et avec l’Ukraine elle prendra à nouveau possession d’Odessa sur la mer noire et même de Marioupol sur la mer d’Azov. Au nord la mer baltique est aussi d’enclavée et l’on ne peut parler d’accès pleinement ouvert que pour la côte pacifique.

Malgré un vaste territoire la clef du désenclavement pour la Russie est la menace nucléaire si cela est nécessaire. La Russie doit en effet fortement aboyer car ce vaste pays est relativement pauvre.

Le PIB  nominal de la Russie est inférieur  à celui de l’Italie soit  1630 milliards de dollars en 2018 dont une grande partie va à l’armement,  contre 2 072 milliards pour l’Italie, 2 775 milliards pour la France et 20 500 milliards pour les USA. Ainsi le PIB nominal per capita est  en  Russie de 11 240 $ ; 34 533 $ pour l’Italie, 42 045 $ pour la France  et  61 900 $ pour les USA.

Bien que le monde occidental ait une dette envers la Russie pour sa victoire sur l’Allemagne en 1945, nous devons rappeler à ce pays qu’il n’est plus qu’une puissance de second ordre et que sa menace nucléaire est similaire à du terrorisme. De plus la taille de la Russie ne la protège pas du feu nucléaire puisque 80% de la population est concentrée sur 25% de son territoire. 

L’enjeu est grand car en faisant passer des territoires sous le régime russe on prive leur population de liberté et des droits humains fondamentaux. La puissance de la Russie est fondée sur la lâcheté des représentants des démocraties occidentales et non pas sur des faits.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

-------------------------------------------------------------------

Hisroire

Capétiens versus Plantagenêt

De l’échec de l’Union des deux Couronnes au BREXIT

Didier BERTIN  - 27 JUIN 2021

Blason

Au XIIe siècle l’empire des Plantagenêt incarnait mieux la France que le Royaume  des Capétiens- Après plusieurs conflits sur une durée de près de trois siècles et non pas cent ans, les capétiens se sont imposés et ce fut une défaite pour le potentiel rayonnement de la langue française.

Voir section History ou suivre le lien

http://www.promotion-of-a-new-model-of-human-rights-and-duties.org/pages/history/plantagenet-capetiens.html

ENGLISH  VERSION

Capetians versus Plantagenêt

From the failure of the Union of the Crowns to BREXIT

Didier BERTIN 27 JUNE 2021

Blason

In the 12th century the Plantagenet empire embodied France better than the Kingdom of the Capetians - After several conflicts over a period of nearly three centuries and not a hundred years, the Capetians imposed themselves and it was a defeat for the potential influence of the French language.

See History section or follow the link

http://www.promotion-of-a-new-model-of-human-rights-and-duties.org/pages/history/plantagenets-capetians-english-version.html

                                                                                 ---------------------------------------------------------

                                                       PROMOTION OF A NEW MODEL OF HUMAN RIGHTS AND DUTIES 

PROMOTION D'UN NOUVEAU MODELE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME

Fondemenents/Fundamentals

10 Juin 2014 / 10 June 2014 


I-L'horrible et indélébile héritage de la vieille Europe

L'Europe est encore dans une situation précaire dans le domaine des droits de l'homme, après avoir été épuisée par une série d'événements dégradants : guerres, génocides, haine, racisme, antisémitisme et n'est as prémunie contre un retour des vieux démons, qui semble poindre encore à l'horizon dès que des difficultés apparaissent.

L'Europe s'est construite au travers de conflits et de traditions haineuses comme l’antisémitisme bimillénaire, amplifiées par de nouvelles idéologies extrémistes qui l'ont conduite à une phase paroxystique de l'horreur.

Le fait que seulement 12% de la population juive mondiale vit en Europe contre 60% avant 1939 est une bonne indication de la grande fragilité la civilisation européenne.  

I-The horrific and indelible legacy of old Europe

Europe is still in a precarious position in the field of human rights after having been exhausted by a series of degrading events: wars, genocide, hatred, racism, anti-Semitism and is not still protected from old demons that seems to be emerging as soon as difficulties arise.

Europe was built through conflicts and hatred such as its bimillenary tradition of Anti-Semitism, amplified by recent extremist ideologies which led to a paroxysmal phases of horror. The fact that only 12% of the world's Jewish population lived in Europe against 60% before 1939 is a good indication of the fragility of the European civilization. 

II-Bon départ et mauvaise évolution de l'Union Européenne

La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne aurait été un bon signe d'amélioration de la civilisation européenne si elle avait été véritablement appliquée.

L'aile droite et le capitalisme sauvage dominant en Europe ont affaibli l'aspect social de la Charte dans de nombreux pays et les États membres les plus antisociaux de l'Union Européenne ont en même été exemptés. Chaque pays peut dans les faits appliquer la Charte des droits fondamentaux à sa guise qui font de l'Union Européenne un ensemble de pays riches et de pays particulièrement pauvres comprenant même une dictature. 

L'obsession de l'application d'un capitalisme orthodoxe et anachronique qui est même devenu désuet aux États Unis paupérise un certain nombre d'États membres que l'on force à appliquer une austérité qui plonge les citoyens dans un cercle vicieux de l'appauvrissement entrainant encore plus d'austérité.

Aucun État membre ne remet en cause ce système qui n'obéit qu'à une idéologie conservatrice et pas même le prétendu gouvernement socialiste de France pourtant second État-membre par la taille de son PIB et qui brille par son incompétence à faire face aux difficultés. Ce gouvernement qui devait être rénovateur semble se contenter de gérer les affaires courantes en attendant les débâcles électorales successives qui profitent à l'extrême droite. 

II-Good start and poor evolution of the European Union 

The Charter of Fundamental Rights of the European Union would have been a good signal of improvement of European civilization if it had been effectively enforced. 

The right wing and wild capitalism both domineering in Europe have weakened the social aspect of the Charter in many Member States and the most antisocial of them were even exempted of its enforcement.

Each country may in fact apply the Charter of Fundamental Rights at its convenience and the European Union is a group of rich and very poor countries including even a dictatorship.

The obsession of the application of an orthodox and anachronistic capitalism that has even become obsolete in the United States impoverishes a number of member States forced to austerity self generating bigger impoverishment and mechanical need for additional austerity.

No Member State questions the adequacy of the current ultra conservative system and not even the so-called socialist government of France yet second member state by the size of its GDP is incompetent to overcome the current difficulties. This current government which promised to renovate politics limits its action to the management of daily affairs accumulating the elections debacles , which benefit to the far right. 

III-Association pour un Nouveau Modèle des Droits et Devoirs de l'Homme

Dans de nombreux pays la plupart des citoyens sont loin d'avoir les mêmes espoirs  de droits que ceux indiqués dans la Charte des Droits Fondamentaux de l'Union Européenne et qui couvrent au delà de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme le domaine social, la vie au travail et le bien-être. A ce titre la modèle européen pouvait être l'objet d'une promotion dans le monde.

Toutefois les nombreuses restrictions relatives à l'application de la Charte, la large indépendance laissée aux États-membres en ce qui concerne son application et son interprétation, le rôle dominateur de l'économie, en font un modèle abstrait et non efficace qui doit être entièrement repensé et renouvelé. Un nouveau modèle devrait être avoir une application obligatoire et notamment dans le domaine social. 

La défense des Droits de l'Homme: 

Les pays défenseurs des Droits de l'Homme doivent être prêts à utiliser la force armée sans aucune hésitation lorsque des citoyens de tous pays voient leurs droits bafoués, leurs vies sacrifiées en raison de leurs origines ou de leurs opinions. Le monde occidental a un passé défavorable qui continue aujourd'hui illustré par les génocides et massacres de masse du XXe siècle. 

La défense des droits de l'Homme signifie aussi le soutien des forces démocratiques mais ne signifie pas le soutien aux forces anti-démocratiques arrivées au pouvoir par un processus démocratique perverti par le populisme. Les ennemis de la démocratie ne doivent pas pouvoir utiliser le système démocratique qu'ils mettent en danger tel que cela a été le cas en Allemagne, en France, lors du printemps arabe et en Hongrie.

III-Association for a New Model of Human Rights and Duties

In many countries most of citizens are far from having the same rights as those of the Charter of Fundamental Rights of the European Union, which are beyond those of the Universal Declaration of Human Rights, in the social field, work life and welfare. In this respect the European model could have been the subject of a promotion in the world. 

However, the numerous restrictions to the application of the Charter due to the large of independence left to the Member States with regard to its applicability and interpretation and the predominant role of the economy in Europe make this model abstract and non-efficient and commands a new conception. We need a new model in Europe which should be binding in particular in the social field.

Defense of Human Rights: 

Countries supporting Human Rights must be prepared to use military force without any hesitation when citizens of any countries see their rights violated, their life sacrificed because of their origins or opinions. 

The Western world has an unfavorable long history that continues today and was illustrated by the genocides and mass massacres in the twentieth century.

The defense of human rights also means supporting democratic parties, but does not mean supporting anti- democratic forces that came to power through a democratic process perverted by the Populism as it was the case in Germany, France, during the Arab Spring and in Hungary.  

The citizens constitute and transcends together the nations and the selfdetermination of the peoples of Ukraine is also part of the democratic process.

IV-Le fantôme de la vieille Europe

Le fantôme de la vieille Europe continue de nous hanter. Les citoyens européens ne sont plus de véritables acteurs dans l'Union Européenne et la démocratie s'affaiblit au bénéfice de la loi du marché qui détermine les politiques économiques et sociales. La soumission à des critères statiques et mécanistes engendre l'austérité, la chute vertigineuse du bien-être des citoyens, l'abandon de toute initiative créative et audacieuse des gouvernements et plus simplement de l'intelligence au profit d'une autoroute conventionnelle de la pensée.

L'intelligence et la création devraient être concrétisées par un intense travail des gouvernements pour réorienter l'économie au bénéfice de tous, mais cela constituerait un défi interventionniste qui irait au delà de l'engagement politique convenu. 

L'austérité généralisée en Europe et appliquée par les gouvernements de droite et de gauche, amènent le mal-être, la montée de l'extrémisme de droite et la réduction substantielle de la démocratie puisque les politiques appliquées ne sont plus guidées par les choix des citoyens.  

Par ailleurs la connaissance objective de notre histoire utile au travail de mémoire qui permettrait à la conscience européenne de progresser, a été bloquée d'abord par la guerre froide puis ensuite par le règne sans partage en Europe d'une droite intolérante.

La déclaration de Prague de 2008 a été le début d'un nouveau processus révisionniste de l'histoire européenne fondé sur le mensonge et l'ingratitude. Le processus de Prague proclame une équation triviale entre communisme et nazisme qui fait écho aux vœux les plus profonds de l'extrême droite.

Cette équation permet au continent européen d'oublier sa dette de gratitude envers l'Armée Rouge et les peuples de l'ex-Union Soviétique dont les pertes de près de 26 millions de citoyens, soit près de 16% de la population de l'URSS, ont permis au continent européen d'échapper au joug du nazisme, à la montée des régimes fascistes prédominants alors dans la plupart des pays d'Europe continentale et à la continuation des épurations raciales.

L'Armée Rouge a vaincu l'Allemagne nazie en détruisant près de 80% de son armée alors que les alliés anglo-américains ne sont intervenus en Europe continentale qu'en fin de conflit lorsque le sort de l'Allemagne était déjà scellé. 

Pourtant dans les pays européens le rôle de l'URSS est encore occulté comme à l'époque de la guerre froide au profit des alliés anglo-américains dont l'action a été très et trop subsidiaire. Trois ans de communication avec les parlementaires socialistes français ont été nécessaire pour aboutir à l'invitation du Président Poutine le 6 juin 2014.

Actuellement les autorités européennes organisent des commissions où l'on peut négocier l'Histoire pour satisfaire les exigences idéologiques de certains pays.

La vérité sur l'histoire de la seconde guerre mondiale a été symbolisée par le monument de la Victoire inauguré en Israël (Natanya) le 25 juin 2012 et commémorant la victoire de l'Armée Rouge contre le Nazisme.

 

IV-The ghost of old Europe 

The ghost of old Europe continues to haunt Europe today. Most of European citizens are no more involved in the European Union and democracy weakens in front of the domination of markets, which determine its economic and social policies. 

Submission to static and mechanistic criteria causes austerity, plummeting welfare, governments' renunciation of taking bold and creative initiatives and more simply of cleverness are left on the easy path of conventional thinking. 

The brilliance and creation should be implemented through an intense work of governments to reorganize economics for the benefit of everyone but this seems to be an interventionist challenge that goes beyond the usual and limited political commitment.  

Widespread austerity in Europe applied indifferently  by right and left wing governments brings harm to welfare, rise of right-wing extremism and reduction of  democracy since applied policies are no longer guided by the choices of citizens. 

Moreover, the objective knowledge of our history necessary to our memory duty that should allow the progress of European consciousness which was first blocked by the Cold War and then by the supreme reign of an intolerant right wing in Europe. 

The Prague Declaration of 2008 was the beginning of a new process of European historical revisionism based on lies and ingratitude. As a matter of fact the Prague process is based on a trivial equation between communism and Nazism, which echoes the wishes of the far rightists. 

This equation allows the European continent to forget its debt of gratitude to the Red Army and to the peoples of the former Soviet Union which lost near 26 million people, i.e. nearly 16% of the population of the USSR in order to allow  the European continent to escape the yoke of Nazism, the rise of fascist regimes prevailing then in almost all continental Europe, and the continuations of racial cleansing. 

The Red Army defeated Nazi Germany in destroying nearly 80% of its army while the Anglo-American allies intervened in Europe at the end of the conflict when the overthrow of Germany became inexorable. 

 Yet in European countries the role of the USSR is still hidden as in the days of the Cold War for the benefit of Anglo-American allies whose action was ranking substantially and exaggeratedly  secondary. Three years of communications with the French Socialist MP's were necessary to obtain the invitation of President Putin on 6 June 2014 in France.

Currently the European authorities organize committees where History can be negotiated to satisfy the ideological requirements of various countries.

The truth about the history of the Second World War is symbolized by the Monument of the Victory inaugurated in Israel (Netanya) on June 25, 2012 and commemorating the victory of the Red Army against Nazism. 

 

V- Les limites de l’Union Européenne 

En matière d'équité sociale, d'emploi et de respect de la dignité humaine, l'Union Européenne est encore limitée par l'influence dominante d'un capitalisme simpliste et éloigné des réalités de la vie des citoyens. 

Les États-membres partisans d’un modèle social et solidaire, éloigné du capitalisme strict n'ont aucune autorité et ne se donnent pas les moyens de l'acquérir. 

Les gouvernements européens mettent en danger le bien-être général de leurs citoyens, en appliquant une politique sociale et économique régressive et courtermiste. 

L'Union Européenne  ne fédéralise plus les espoirs des citoyens européens qui s'en éloignent dramatiquement tel que cela est reflété par la croissance impressionnante des abstentions lors de chaque échéance  électorale européenne. 

V-The limits of the European Union 

In terms of social justice, employment and respect for human dignity, the European Union is still limited by the dominant influence of a simplistic and capitalism away from the realities of citizens life.

The Member States in favor of a social and solidarity model, away from the strict capitalism have no means to achieve their pre-electoral programs in the European frame and even do not try .

European governments endanger the general welfare of their citizens by applying a shortermist, regressive social and economic policy.

The European Union is no more federalizing the hopes of the European citizens who are dramatically moving away from the European Union as shown by the impressive growth of abstentions at each European election.

 

Didier BERTIN